Mouvement nationaliste pour la France aux Français

Archives d’Auteur

Lorraine Nationaliste vous souhaite un bon et Saint carême !

En ce mercredi des cendres, Lorraine Nationaliste souhaite à tous ses amis et sympathisants catholiques un excellent carême, dont vous entendrez peu parler dans les médias athéistes.

Le mercredi des cendres marque le début des quarante jours de pénitence qui précèdent les fêtes de Pâques, faisant référence aux quarante jours passés par le Christ au désert entre son baptême et le début de sa vie publique.

Les catholiques se font « imposer les cendres » (marquer d’une croix sur le front), elles-mêmes produites à partir des rameaux bénis l’année précédente, ce qui évoque symboliquement la mort qui nous attend tous :

« Souviens-toi, ô homme, que tu es poussière et que tu retourneras en poussière. »

Deux jours de jeûnes obligent gravement en conscience durant le carême : le mercredi des cendres et le vendredi Saint. Jeûner signifie ne prendre qu’un repas complet par jour, soit le midi, soit le soir, ainsi que deux légères collations (par exemple un liquide et un morceau de pain).

Vive le Christ-Roi !

12642841_177964129238458_8879664817850312220_n


13 février 1945, bombardement de Dresde : être Allemand a été leur crime

1945-02 DresdenTard le 13 février 1945, à Dresde, pendant que les habitants fêtaient paisiblement le carnaval, apparaissaient dans le ciel les premiers bombardiers britanniques.

Vers 22 heures, les premières pluies de bombes s’abattent sur la ville ouverte. La « Florence de l’Elbe » est pourtant dénuée de tout intérêt stratégique. Elle n’abrite ni soldats, ni siège de commandement, ni usine importante. C’est par pure folie criminelle que Winston Churchill l’a désignée comme cible à anéantir.

À l’inverse, la ville abrite des centaines de milliers d’Allemands qui ont fui l’invasion soviétique et ses atrocités indicibles. C’est une véritable opération terroriste à laquelle se livre le premier ministre britannique, à l’image des bombes nucléaires lancées quelques mois plus tard contre les civils japonais. Le bombardement est mené quelques jours après la rencontre des trois plus grands criminels contre l’humanité que la terre ait portés. À Yalta, Staline, Churchill et Roosevelt se sont partagé le monde, pour le plus grand malheur de l’Europe.

En trois vagues, ce sont 1 200 bombardiers anglo-américains qui sèment la mort par un véritable déluge de feu. La ville est rayée de la carte sous 650 000 bombes incendiaires ou à fragmentation, malgré la convention internationale qui devait la protéger. Les rues calcinées seront les seules traces du passage des alliés, de leur massacre de masse.
Une convention foulée aux pieds par les futurs vainqueurs de la guerre qui ne reculeront ni devant les meurtres de masse, ni devant les mensonges pour imposer leur nouvel ordre mondial.

Pas plus qu’à Brest, Marseille, Berlin, qu’à Katyn ou Hiroshima et Nagasaki, ce crime contre l’humanité ne sera reconnu. Aucun des véritables criminels contre l’humanité impliqués dans ces attaques n’a jamais été jugé.
Comme chaque année, plusieurs milliers d’Européens rendront, aujourd’hui et ces prochains jours, hommage aux Européens exterminés à Dresde.

A Dresde, en 1950, des Allemands rendent hommage aux morts de Février, dans une ville encore largement en ruine.

Européen, n’oublie jamais !


Honneur aux morts « des 6 février » !

Le 6 février 1934, à l’appel d’organisations patriotiques, des dizaines de milliers de Français, dont beaucoup d’anciens combattants, manifestent à Paris au cri d’« À BAS LES VOLEURS » contre la corruption extrême qui règne dans les milieux politiques. L’affaire du juif Stavisky est un élément déclencheur.

La foule s’approche trop du Palais Bourbon au goût du système en place, qui fait tirer les gardes sur les citoyens. 22 Français mourront sous les balles de la barbarie républicaine et plus d’un millier seront blessés.

617594-sur-la-place-de-la-concorde-le-6-fevrier-1934

Alphonse AUFSCHNEIDER, PRÉSENT ! Tué d’une balle au coeur, ligueur d’Action française. MORT POUR LA FRANCE.

Costa CAMBO, PRÉSENT ! Mort le 9 février par les multiples blessures reçues dans la nuit du 6. MORT POUR LA FRANCE.

Gratien DE NOBLENS, PRÉSENT ! Atteint d’une balle entre les yeux, frappé et piétiné avec un acharnement bestial. MORT POUR LA FRANCE.

Raymond COUDREAU, PRÉSENT ! Père de 6 enfants. MORT POUR LA FRANCE.

Louis ETHEVENEAUX
, PRÉSENT ! Meurs d’une fracture au crâne après avoir reçu un coup de matraque d’un policier. MORT POUR LA FRANCE.

Jean-Eloi FABRE, PRÉSENT ! Tué d’une balle au cœur. MORT POUR LA FRANCE.

Lucien GARNIEL, PRÉSENT ! 16 ans, blessé d’une balle à la colonne vertébrale, mort le 1er novembre après une douloureuse agonie. MORT POUR LA FRANCE.

Corentin GOURLAND, PRÉSENT ! Tué d’une balle à la tête. MORT POUR LA FRANCE.

André JAVEY
, PRÉSENT ! Succomba a ses blessures le 11 février. MORT POUR LA FRANCE.

Marius LABOUCHEIX
, PRÉSENT ! Ancien combattant, laisse deux orphelins, frappé d’une balle. MORT POUR LA FRANCE.

Raymond LALANDE
, PRÉSENT ! Atteint d’une balle sur la place de la concorde qui lui fit éclater le tibia. Succomba le 5 février 1936. MORT POUR LA FRANCE.

Henri LAMMERT
, PRÉSENT ! Tué d’une balle dans le dos. Il laisse une veuve sur le point d’accoucher. MORT POUR LA FRANCE.

Jules LECOMTE, PRÉSENT ! Succombe le 12 février, ayant reçu une balle dans le ventre. MORT POUR LA FRANCE.

Charles LIEVIN
, PRÉSENT ! Blessé le 6 février 1934 d’une balle à la colonne vertébrale, mort le 6 décembre 1935. 21 mois d’atroces souffrances, laissant une femme sans ressources. MORT POUR LA FRANCE.

Galli MEZZIANE, PRÉSENT ! Écrasé par un camion de police lancé à toute allure, puis achevé à coup de pied et de matraque. Mort le 7 février. MORT POUR LA FRANCE.

Jean MOPIN, PRÉSENT ! Atteint à la colonne vertébrale, meurt le 7 décembre d’une infection généralisée après de longs mois de souffrance héroïquement supportées. MORT POUR LA FRANCE.

Albert MUNNIER, PRÉSENT ! Tué d’une balle de revolver dans la tête. Marié et père d’un bébé de 18 mois. MORT POUR LA FRANCE.

René-Alain PEUZIER, PRÉSENT ! Frère d’un champion cycliste, n’appartenant à aucune association politique. MORT POUR LA FRANCE.

Raymond ROSSIGNOL, PRÉSENT ! Marié, père d’un enfant de 12 ans, tué d’une balle de revolver en pleine tête devant le pont de la Concorde. MORT POUR LA FRANCE.

Georges ROUBAUDI, PRÉSENT ! Marié, père de 3 enfants dont l’aîné n’avait pas 6 ans. Ligueur d’Action française. MORT POUR LA FRANCE.

Alfred SOUCARY, PRÉSENT ! Tué à coups de matraque et relevé la colonne vertébrale complètement disloquée. MORT POUR LA FRANCE.

Henri VAURY, PRÉSENT ! Ancien combattant. MORT POUR LA FRANCE.


Le 6 février 1945, leur République commettait un autre crime : l’assassinat du célèbre poète et écrivain à « Je Suis Partout ». Il fut l’une des nombreuses victimes de l’épuration.

Robert BRASILLACH, PRÉSENT !

Les derniers coups de feu continuent de briller
Dans le jour indistinct où sont tombés les nôtres.
Sur onze ans de retard, serai-je donc des vôtres ?
Je pense à vous ce soir, ô morts de Février.

Robert Brasillach, 5 février 1945
MORT POUR LA FRANCE


Lorraine Nationaliste vous souhaite une bonne année 2018 !


Lorraine Nationaliste vous souhaite un Saint et joyeux Noël !

Il y a deux millénaires à Bethléem, on refusa une chambre à la Sainte famille en leur proposant une modeste crèche. Aujourd’hui, les ennemis du Christ ne comptent même plus lui laisser cette même crèche et son symbole et s’acharnent à la faire disparaître !

La Nativité est une réponse au déclin de l’Europe et de notre chère Patrie française.

Sacrifiant sur l’autel du consumérisme l’esprit de la Nativité, beaucoup de personnes spirituellement perdues trouvent en cette fête une occasion afin de s’amuser, de s’alcooliser, de faire le plein de biens matériels de plus en plus superficiels…

Pour un catholique, ce jour sacré représente la naissance du Seigneur Jésus-Christ et une occasion supplémentaire de recevoir les grâces de l’Esprit-Saint !

Lorraine Nationaliste adresse une pensée particulière en ce jour solennel aux prisonniers politiques qui passent Noël derrière les barreaux, aux mères et aux pères qui pleurent et qui veillent loin de leur fils emprisonné, à ceux qui souffrent de solitude loin des leurs parce que leur foyer a explosé sous les coups de boutoir de la décadence.

Souhaitons plus largement un Saint et joyeux Noël à toutes les familles catholiques qui se rassemblent et se retrouvent en ce jour béni en le célébrant comme il se doit.

Et joyeux Noël aux nationalistes, à tous ces cerveaux hardis dans lesquels brûle sourdement la Patrie !

« C’est ma satisfaction, de pouvoir dire : lorsque je serai, même dans l’au-delà, et que vous déploierez les drapeaux de la victoire, je crierai avec mon peuple : Noël ! Noël ! »

Pierre Sidos

joyeuxnoel2016


Succès pour la conférence à Mulhouse sur le thème : « face à l’invasion migratoire, résistance européenne » !

Dimanche 17 décembre 2017 eut lieu une conférence nationaliste à Mulhouse sur le thème : « face à l’invasion migratoire, résistance européenne ! ».

En préambule, un message du nationaliste Belge Hervé Van Laethem (Mouvement Nation), s’excusant de ne pas avoir pu être présent comme prévu, a été lu à l’assistance.
Ont ensuite pris la parole successivement devant l’auditoire Samuel Klay (Résistance Helvétique, Suisse), Alexandre Gabriac (Civitas) et Thomas Joly (Parti de la France).

La structure Lorraine Nationaliste a répondu présente à cette belle journée riche en rencontres et en camaraderie. Ce sont plusieurs dizaines de participants, jeunes et anciens, femmes et hommes, qui ont écouté des discours engagés et complémentaires en proposant les solutions à apporter face à la submersion migratoire et la décadence imposée par leur République aux nations blanches européennes.

Formez-vous, regroupez-vous, militez sans jamais vous décourager !

En avant !


Ecrivez aux prisonniers politiques pour Noël !

La fin de l’année signifie pour nous autres en liberté fête et famille… Pensez à ceux loin de chez eux, faites comme nous, écrivez aux prisonniers politiques nationalistes !

Noël en taule

Qu’importe aux enfants du hasard
Le verrou qu’on tire sur eux :
Noël n’est pas pour les veinards,
Noël est pour les malchanceux.
Voici la nuit : il n’est pas tard.
Mais la cloche tinte pour eux.

Bon Noël des garçons en taule,
Noël des durs et des filous,
Ceux dont la vie ne fut pas drôle,
La fille que bat le marlou,
Le gars qui suivait mal l’école,
Ils te connaissent comme nous.

Noël derrière les barreaux,
Noël sans arbre et sans bonhomme,
Noël sans feu et sans cadeaux,
C’est celui des lieux où nous sommes,
Où d’autres ont joué leur peau,
Sur la paille dormi leur somme.

Les chefs qui lâchent leurs garçons,
Ceux qui s’enfuient, ceux qui sont riches,
Boivent sec dans leurs réveillons
De la Bavière ou de l’Autriche,
Mais nous autres dans nos prisons,
Nous sommes contre ceux qui trichent.

Je t’adopte, Noël d’ici,
Bon Noël des mauvaises passes :
Tu es le Noël des proscrits,
De ceux qui rient dans les disgrâces,
Des pauvres bougres qu’on trahit,
Et des enfants de bonne race.

Nous savons qu’au dehors, ce soir,
Les amis et les cœurs fidèles,
Les enfants ouvrant dans le noir,
Malgré le sommeil, leurs prunelles,
Évoquent l’heure du revoir
Et tendent leurs mains fraternelles.

Et pour revoir, gens du dehors,
Le vrai Noël de nos enfances,
Il suffit de fermer encore
Nos yeux sur l’ombre de l’absence,
Pour dissiper le mauvais sort
Et faire flamber l’espérance.

Robert Brasillach, « Noël « 1944, fusillé le 6 mars 1945