Mouvement nationaliste pour la France aux Français

Portez la médaille miraculeuse et la médaille de saint Benoît !

LA MÉDAILLE MIRACULEUSE

La médaille miraculeuse doit son origine aux apparitions mariales de la chapelle de la rue du Bac, à Paris, en 1830.

Le samedi 27 novembre 1830, la Vierge Immaculée apparut à sainte Catherine Labouré, Fille de la Charité et lui confia la mission de faire frapper une médaille dont Elle lui révèlera le modèle.

« Faites frapper une médaille sur ce modèle, dit la Vierge, les personnes qui la porteront avec confiance recevront de grandes grâces, surtout en la portant au cou. »

La médaille connut immédiatement une diffusion prodigieuse. D’innombrables grâces de conversion, de protection et de guérison furent obtenues.

Si vous aimez la Vierge et si vous avez confiance en sa puissante intercession, portez toujours sur vous la médaille pour vivre dans la grâce de Dieu et jouir de la protection de la Vierge Immaculée. Pour plus d’efficacité, faites bénir votre médaille et faites vous la imposer auprès du prêtre de votre paroisse !

Dites chaque jour l’invocation de la médaille. La Vierge a voulu être ainsi saluée et invoquée :

« Ô MARIE CONÇUE SANS PÉCHÉ, PRIEZ POUR NOUS QUI AVONS RECOURS À VOUS »

Propagez autour de vous la médaille ; donnez-la particulièrement aux malades et aux affligés.


LA MÉDAILLE DE SAINT BENOÎT

La médaille de saint Benoît est un sacramental très ancien, gage de la protection du patriarche des moines contre les forces du mal. Les vertus de cette ancestrale protection sont loin d’être épuisées.

L’avers de la médaille : saint Benoît est représenté au centre de la médaille. Dans sa main droite, il tient une croix. La croix représente la puissance salvatrice du Christ et l’œuvre d’évangélisation accomplie par les bénédictins tout au long des siècles. Dans sa main gauche, un livre contenant la sainte règle de son ordre. À sa droite il y a une coupe brisée. Cette coupe avait été empoisonnée par des moines rebelles qui ne s’entendaient pas avec saint Benoît. La coupe se brisa quand saint Benoît fit dessus un signe de croix, qui lui sauva la vie. À sa gauche, il y a un corbeau. Le corbeau porte une miche de pain empoisonnée que les moines essayèrent de donner à saint Benoît. Aux deux extrémités du fondateur de l’Ordre des bénédictins est inscrit : « Crux Sancti Patris Benedicti » (La Croix du saint père Benoît). Autour de la bordure sont écrits les mots : « Que dans notre mort nous soyons fortifiés par sa présence ». Sous ses pieds, les lettres : « EX SM CASINO MDCCCLXX » (Depuis le sacré Mont Cassin, 1880).

Le revers : le revers de la médaille est dominé par une grande croix. Il est gravé :

  • C S P B : « Crux Sancti Patris Benedicti » : Croix du saint Père Benoît.
  • C S S M L : « Crux Sacra Sit Mihi Lux » : Que la sainte croix soit ma lumière.
  • N D S M D : « Non Draco Sit Mihi Dux » : Que le dragon ne me soit pas mon guide.
  • V R S N S M V : « Vade Retro Satana, Numquam Suade Mihi Vana » : Retire toi Satan, ne me conseille jamais tes vanités.
  • S M Q L I V B : « Sunt Mala Quae Libas, Ipse Venena Bibas » : Les breuvages que tu verses est le mal, bois toi-même tes poisons.
  • P A X : Paix

On lit alors : « Que la sainte Croix soit ma lumière, que le dragon ne soit pas mon guide. Retire-toi, Satan, ne me conseille jamais tes vanités. Le breuvage que tu verses est le mal. Bois toi-même tes poisons. Paix ».

Faites bénir votre médaille de saint Benoît et jumelez-la avec la médaille miraculeuse autour de votre cou !

Procurez-vous ces médailles ici

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s