Mouvement nationaliste pour la France aux Français

Oui c’est l’apocalypse et le chaos ! Par Jérôme Bourbon

28-07-2016Il ne se passe pas un jour désormais sans que de nouveaux actes terroristes, plus violents, sanglants et barbares les uns que les autres, n’aient lieu tant en France qu’en Allemagne. Au moment où nous bouclons ce numéro, nous apprenons qu’une prise d’otages a eu lieu le 26 juillet au matin dans une église de Saint-Etienne-du-Rouvray en Seine-Maritime. Deux Maghrébins armés de couteaux sont entrés par l’arrière dans l’édifice alors qu’un office se déroulait. Ils ont pris cinq personnes en otage : le célébrant, deux religieuses et deux fidèles. L’un des otages, Jacques Hamel, un ecclésiastique de 86 ans ordonné prêtre en 1958 sous Pie XII, a été égorgé. Une autre personne a également été égorgée dans l’église et serait, à l’heure où nous écrivons, entre la vie et la mort. La police a donné l’assaut, les deux assassins ont été abattus par la BRI (Brigade de Recherche et d’intervention) de Rouen. Les églises n’étant pas protégées, à la différence des synagogues (on sait où sont les priorités des pouvoirs publics soumis au CRIF !), il est très facile pour des terroristes de massacrer, d’égorger, de mutiler, de torturer des fidèles et des clercs pendant des offices, les horaires des cérémonies étant affichés à l’entrée des églises. Et de toute façon il n’est pas possible de protéger les quelque 50 000 églises et chapelles de France.

Il y avait déjà eu le cas de l’église de Villejuif où Sid Ahmed Ghlam s’apprêtait à commettre un attentat en avril 2015. Tout laisse à penser que les baptisés catholiques seront désormais une cible de choix pour les tueurs se réclamant de Daech, l’Etat islamique ayant, comme à Nice, revendiqué l’attentat. Notons que cette fois-ci il s’agit d’une petite ville de province, preuve que vraiment personne ne peut se sentir à l’abri. Même le village le plus reculé et apparemment le plus paisible, même une petite église de campagne ne sont plus de sûrs refuges. Le mal est partout, le cancer s’est métastasé, l’ennemi est à l’intérieur. Comme nous l’écrivions la semaine dernière, ces horribles attentats peuvent se produire n’importe où, n’importe quand, n’importe comment : dans une école, un centre commercial, un marché, une entreprise, une église, une rue, un hôpital, une maternité, un hospice, une gare, un aéroport, une station de métro ou de RER, un péage ou une aire d’autoroute. Et la médiatisation de ces tueries, leur redoutable efficacité meurtrière, leur mode d’exécution particulièrement barbare (écraser des piétons, enfants et bébés compris, égorger des vieillards, massacrer à la hache des passagers dans un train, éventrer ou perforer un poumon avec un couteau) destiné à choquer, à sidérer, à terroriser le téléspectateur ne peuvent qu’encourager leur multiplication, les apprentis djihadistes étant nombreux sur notre territoire et plus encore les allogènes « qui ont la haine » contre nous.

Pour l’heure il ne s’agit, semble-t-il, que d’attentats isolés, non directement reliés entre eux mais imaginons que des réseaux terroristes décident de frapper en même temps dans de nombreux endroits en France, ce serait la panique assurée et un moyen de déstabiliser radicalement le pays. Jean-Marie Le Pen l’a souvent répété : dans une guerre, celui qui gagne, c’est celui qui tue. Or Daech tue. Et non seulement il tue mais il met en scène ses massacres de manière particulièrement impressionnante afin de tétaniser non seulement les Occidentaux mais même les musulmans qui lui seraient hostiles. Il est donc à craindre que même des mahométans, jusque-là pacifiques et sans histoire, ne soient poussés, sous l’effet de la menace, à commettre eux aussi des crimes abominables afin de n’être pas tués eux-mêmes ou traités comme des traîtres. C’est ce qui s’est passé pendant la guerre d’Algérie : au début du conflit les musulmans algériens étaient loin, tant s’en faut, d’être tous acquis au FLN et à la cause de l’indépendance, mais les méthodes d’intimidation et de terreur de l’organisation terroriste furent particulièrement efficaces et firent basculer de son côté de nombreux musulmans qui se mirent à poser des bombes dans des bus et à eux-mêmes commettre des actes d’une rare sauvagerie. Tout indique donc hélas que le pire est devant nous et que n’avons probablement encore rien vu.

Dans l’affaire de Saint-Etienne-du-Rouvray, notons que l’un au moins des assassins, Adel K., 29 ans, habitait la commune avec ses parents, qu’il était fiché S, avait été placé sous bracelet électronique depuis mars 2016 après avoir effectué un passage en prison pour avoir tenté de se rendre en Syrie. Encore une fois nous sommes donc dans le cas d’un délinquant brièvement emprisonné puis libéré au lieu d’être définitivement expulsé du territoire national. Le bracelet électronique ne l’aura manifestement pas empêché de commettre un sanglant attentat. Jusques à quand les Français supporteront-ils des dirigeants qui sont complices de ces assassins par leur laxisme volontaire et délibéré ? Il est criminel d’avoir accueilli massivement des migrants depuis l’été 2015 alors que l’on savait parfaitement que parmi eux se cachaient nécessairement des terroristes potentiels. Il est criminel d’avoir fait ou laissé entrer depuis un demi-siècle plus de dix millions d’étrangers extra-européens avec leurs familles, sans compter les naissances étrangères en France. Ce qui se passe aujourd’hui était parfaitement prévisible et prévu. Il n’était nul besoin de faire preuve d’une intelligence supérieure ou d’une lucidité exceptionnelle pour prévoir que la France connaîtrait à terme le sort des chrétiens libanais et des Serbes du Kossovo.

Lire la suite sur Jeune Nation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s