Mouvement nationaliste pour la France aux Français

Camp Jeune Nation 2016 : Compte-rendu d’un militant du PNF Lorraine

Du 11 au 17 juillet 2016 s’est tenu en pleins massifs montagneux à plus de mille mètres d’altitude le camp-école de Jeune Nation.

Une délégation du PNF Lorraine était présente afin d’honorer ce grand rendez-vous annuel, placé cet été sous l’égide d’Émile Driant, officier, écrivain et député visionnaire.

Initialement prévu dans les Hautes-Alpes, à Salérans, le camp a dû être réorganisé au dernier moment. En effet, une journaliste d’extrême-gauche du Dauphiné Libéré a mené son enquête quelques semaines avant la tenue du camp afin de nuire à son bon déroulement. Cette dernière a alerté son beau monde politico-journalistique et la conséquence fut grande : le site initial de notre camp a été assiégé par une horde de punks à chien sans foi ni loi. Sans jamais le moindre souci de morale, ils ont dégradé le terrain à coup de graffitis anarchistes et de barrages routiers, celui-ci appartenant à une communauté catholique conduite par un vieux prêtre.

Prétextant la menace d’affrontement, le préfet à la botte de l’Intérieur a décidé d’interdire le camp dans son département. Cette mesure a pu être possible dans ce lieu privé à cause de l’État d’urgence, détourné de son rôle initial, à savoir protéger la France et les Français contre le terrorisme. Force est de constater que la pourriture élitiste se préoccupe moins de la terreur islamique que de nous autres, amoureux de la France, toujours en ligne de mire ! Pour preuve, un islamiste a poignardé une mère et ses trois filles quelques jours plus tard dans ce même département, leur reprochant leur tenue trop légère !

C’est donc dans des conditions plus spartiates que le camp a dû être relocalisé. Sous la pluie et dans la froidure venteuse, nos camarades ont pu camper et « tremper » leur caractère rustique, les températures tombant jusqu’à sept degrés en plein midi, au début du camp. Heureusement, les séances de sport matinales, les veillées autour du feu de camp et un gobelet de vin aux repas nous ont permis de résister aux intempéries. Et c’est sans compter avec les tournées de bière offertes par deux militants qui ont célébré leurs anniversaires respectifs avec nous…

Comme chaque année, marche en montagne au fanion de jour, marche de nuit au béret, boxe, tyrolienne, pont de singe, ordre serré, séances d’instruction politique et historique, service de bois et chants à la veillée ont rythmé le camp. Les carnets d’instruction individuels de l’École Alexis Carrel ont été renseignés des modules de chaque type de formation suivie.

Deux veillées et une cérémonie aux flambeaux de remise des bérets aux nouveaux militants ayant réussi à effectuer la marche de nuit ont été particulièrement émouvantes dans la période tragique que traverse notre Europe décadente.

Face au grand remplacement et au judaïsme maçonnique qui ravage notre société, ces moments, comme les magnifiques prières polyphoniques des Caryatides après les veillées, nous ont soudés dans notre résistance opiniâtre.

La fatigue physique a pu être largement supportée grâce à l’amitié et la camaraderie qui nous unissent, ne cessant de se renforcer à chaque épreuve endurée ensemble.

Si la guerre n’a pas encore débuté : rendez-nous pour la nouvelle promotion en juillet 2017  !

 

Goncourt
52 ans, militant du PNF Lorraine, second camp

photo_2016-07-18_22-33-06

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s