Mouvement nationaliste pour la France aux Français

24 avril 1856 : Naissance du Maréchal Philippe Pétain

1401810931
Henri Philippe Bénoni Omer Pétain naît le 24 avril 1856 à Cauchy-à-la-Tour, dans une famille de cultivateurs installée dans la commune depuis le XVIIIe siècle.

Bien que son acte de naissance porte les prénoms : Henri, Philippe, Bénoni, Omer, c’est Philippe qu’il choisit et, tout au long de sa vie, il a toujours pris soin de rectifier.

En 1876, Philippe Pétain est reçu 403e sur 412 à l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr. Il en sort, en 1878 (Promotion De Plewna), 229e sur 386 élèves-officiers et choisit de servir dans l’infanterie.

eleve_st_cyr

Sa carrière est dès lors jalonnée de garnisons métropolitaines : Villefranche-sur-Mer, Besançon, Marseille, Amiens, Châlons-sur-Marne, Quimper, Saumur, Arras, Saint-Omer, Paris. Sous-lieutenant en 1878, il est lieutenant en 1883, capitaine en 1890, commandant en 1900, lieutenant-colonel en 1907 et colonel en 1910. Avancement relativement lent, imputable à une droiture de caractère peu compatible avec une époque où, comme le note Bainville, dans son Histoire de France,  » la délation des « fiches » s’organisa contre les officiers qui allaient à la messe « . Pétain, lui-même, est fiché en 1903 :  « Passé à l’École de Guerre, inconnu, mais des renseignements nouveaux et sérieux le donnent comme professant des idées nationales et cléricales ».

Promu colonel en 1910, Philippe Pétain suit les études du CHEM (Centre des hautes études militaires) puis enseigne la tactique générale à l’Ecole de cavalerie de Saumur. A la fin de 1912, il prend le commandement du 33e R.I. à Arras, où le sous-lieutenant Charles De Gaulle est affecté à sa sortie de Saint-Cyr. Une estime réciproque s’établit. De Gaulle est noté par Pétain :  » Sorti de Saint-Cyr avec le n°13 sur 211, s’affirme, dès le début, comme un officier de réelle valeur qui donne les plus belles espérances pour l’avenir (…) Très intelligent, aime son métier avec passion (…) Digne de tous les éloges « . Quant à De Gaulle, il écrira dans ses Mémoires :  » Après Saint-Cyr, je fis au 33e régiment d’infanterie, à Arras, mon apprentissage d’officier. Mon premier colonel, Pétain, me démontra ce que valent le don et l’art de commander « .

En mars 1914, le colonel Pétain prend le commandement par intérim de la 4e brigade à Saint-Omer. C’est à sa tête qu’il est engagé dans le conflit qui éclate le 3 août 1914. Conflit au cours duquel il va gravir tous les échelons du commandement, jusqu’au commandement en chef des armées françaises, couronné par son élévation à la dignité de Maréchal de France.

hugh-thomson-marechal-philippe-petain-marshall-in-vichy-france-n-6092237-0

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s