Mouvement nationaliste pour la France aux Français

Le PNF Lorraine présent au Grand Banquet de RIVAROL ! (Compte-rendu)

Samedi 9 avril 2016 eut lieu à Paris un Grand Banquet d’amitié française.

Ce dernier, organisé par RIVAROL pour les 65 ans du journal nationaliste et les 70 ans des Écrits de Paris, fut une incroyable réussite. En effet, c’est plus de 600 convives qui ont pris place dans une immense salle avec comme invité d’honneur Jean-Marie Le Pen.

Quand la famille se réunit !

DSC_3046
Chacune des tables était présidée par une personnalité politique de la mouvance nationale. C’est ainsi que chaque participant s’est assis à la table de celle qu’il était le plus désireux de rencontrer.

Le courageux directeur de RIVAROL, Jérome Bourbon, ouvrit les discours en présentant chaque président de table, fortement applaudi par tous.

Une partie des militants du PNF Lorraine à la table de leur avocat et ami Pierre-Marie Bonneau !

BanquetRIVAROLpnflorraine

Après que les bénédicités eut été chantés et prononcés par un prêtre non renié, un succulent repas put commencer en convivialité !

Pierre Sidos eut l’honneur d’intervenir en premier devant l’auditoire. Le fondateur de l’Œuvre française retraça sa vie en la partageant avec nous autres, allant de sa tendre jeunesse, jusqu’à son parcours politique accumulant une expérience de plusieurs décennies de militantisme.

« Il nous faut une 9ème croisade, une croisade intérieure » Pierre Sidos, à propos de l’invasion de l’Europe.

Plusieurs intervenants se sont succédé à la tribune durant la durée du déjeuner. C’est heureux que Jean-Marie Le Pen prit la parole devant les véritables défenseurs de la France française. Ce banquet contrastant en effet avec le cirque qu’il connut durant ces dernières années. Le néo-FN mariniste est une fourmilière de traîtres et de corrompus qui n’a pas hésité à faire tout son possible pour aboutir à l’exclusion du Menhir.

« Il n’y aurait pas de paradis fiscaux s’il n’y avait pas un enfer fiscal », « Quand deux entités sont en conflit, celle qui gagne c’est celle qui tue » lança Jean-Marie Le Pen au public.

Lorsque le repas toucha à sa fin, c’est sous un tonnerre d’applaudissements que Jean-Marie Le Pen nous quitta à regret.

André Gandillon, président des Amis de RIVAROL et secrétaire général du PNF prit lui aussi le micro pour défendre les racines profondes de notre pays, n’hésitant pas à accuser frontalement le judaïsme politique d’être la source de beaucoup de ses maux et de sa déchéance.

L’après-midi bien entamé, il fut l’heure pour « l’invité surprise » de montrer le bout de son nez : le professeur Faurisson !

« Faurisson a raison ! »
ont scandé en cœur les participants. Très ému, ce dernier nous expliqua n’avoir jamais été accueilli de cette manière. Le professeur fit un tabac, décortiquant les incohérences de la thèse officielle des chambres à air.

DSC_3086
La journée se clôtura par de dernières conversations au bar, où s’étaient réunis des militants du PNF qui se retrouveront très prochainement dans la capitale !

Nous remercions les Caryatides et le service d’ordre pour le grand travail accompli.

Qui vive ? France !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s