Mouvement nationaliste pour la France aux Français

Le nationalisme en deuil : Emmanuel Ratier nous a quittés

imagesLe journaliste éditeur Emmanuel Ratier est décédé ce 19 août, à l’âge de 57 ans. Archiviste et journaliste d’investigation, il avait poursuivi le combat commencé par Henry Coston et Yann Moncomble, lui aussi disparu trop tôt, dénonçant sans relâche les manœuvres de la maçonnerie, du lobby juif, des officines de toute sorte, cercles affairistes, groupes de déviants sexuels, mafias, dévoilant les coulisses du régime, notamment dans sa lettre confidentielle Faits & documents.

Il avait rédigé plusieurs ouvrages sur des sujets totalement ignorés par les grands médiats : Les Guerriers d’Israël : enquête sur les milices sionistes, Le Vrai Visage de Patrick Gaubert, Mystères et secrets du B’naï B’rith, Ras’l’Front : anatomie d’un mouvement antifasciste, etc. Il est également l’auteur d’une monumentale Encyclopédie politique française, éditée par sa propre maison d’édition, autant de livres qui ont contribué à former plusieurs générations de militants. Il est également l’auteur en 1999, avec Patrick Parment, d’un Éphéméride nationaliste, très largement utilisé aujourd’hui par de nombreuses personnes.

Emmanuel Ratier a toujours lié son destin à celui du combat nationaliste. Il avait adhéré durant les années 1970 au Parti des forces nouvelles (PFN) et son organisation juvénile, le Front de la jeunesse (FJ). Après un passage au Centre de formation des journalistes et à l’Institution d’études politiques de Paris, il avait rejoint les rédactions de plusieurs journaux de droite nationale : Le Figaro magazine, Le Spectacle du Monde, National Hebdo, Le Crapouillot ou Valeurs actuelles. Emmanuel Ratier fut rédacteur en chef de Minute et dirigea Magazine Hebdo.

Depuis les années 2000, il animait un Libre journal sur Radio Courtoisie et avait repris la librairie Facta à Paris. L’année dernière, il avait publié Le Vrai Visage de Manuel Valls, qui dévoilait de nombreux aspects ignorés – volontairement – par les médiats du système à propos de l’occupant de Matignon.

Le nationalisme perd une grande figure, un homme qui a voué sa vie au combat, mais dont l’héritage aidera longtemps ceux qui veulent la France pure. Son travail, reconnu même par ses adversaires, rappellera toujours aux Français non reniés, au-delà des circonstances, qui sont leurs véritables ennemis.

Jeune Nation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s