Mouvement nationaliste pour la France aux Français

Moins d’actrices porno, plus de mères de famille ! (Par Nice Nationaliste)

Personne ne naît nationaliste, militant accompli et parfait. Nous rejoignons souvent ce combat justement par besoin de corriger ces imperfections, parce que nous ressentons au fond de nous la bassesse, la médiocrité, la saleté contaminante de ce monde moderne. À une société qui promeut la lâcheté, la fainéantise, l’égoïsme, l’égalitarisme, le nationalisme oppose le courage, le travail, le don de soi, l’inégalité naturelle, la défense de notre identité, de notre race.

Il n’est demandé à aucun Français, quand il rejoint un groupe nationaliste, d’être parfait, d’être le militant idéal – s’il existe. Quel que soit son passé, il peut devenir le plus exemplaire des militants. Le nationalisme est une école, dans laquelle, pour citer Codreanu, « s’il y rentre un homme, il en sortira un héros ».

C’est ce qui devrait être. Mais s’il n’est pas prêt à se remettre en cause, si les raisons de son engagement sont mauvaises, alors non seulement notre cause ne lui sera pas utile, non seulement il ne sera pas utile à notre cause, mais il lui nuira.

Il y a des phrases qu’on hésite à écrire, tant elles portent en elle la souillure, tellement il semble aberrant, insultant, quand nous pensons à Jeanne, à Brasillach, à Bastien-Thiry, de devoir les écrire. Qu’une prostituée ait pu se laisser filmer en train de se faire tripoter par un Noir devrait être pour chaque homme blanc une offense révoltante pour laquelle, pour les moins modérés d’entre nous, « il n’est pas d’assez dur châtiment ». Qu’une prostituée ait réalisé, par appât du gain, des films pornographiques pour le compte d’un producteur Juif est une faute que seules bien des années de militantisme pourraient racheter.

Mais il n’y a rien à racheter puisque pour celle-ci, loin d’être des fautes, il s’agit de titres de gloire. Le plus tragique dans tout cela, ce n’est pas que des individus totalement pervertis par le système agissent exactement comme ce dernier le veut. C’est que des individus a priori sains perdent tout contrôle au prétexte d’un bon mot, d’une action remarquable. Ce sont les mêmes qui appelleront à voter Sárközy parce qu’il dénonce les racailles, quand même, Marine Le Pen, parce qu’elle veut limiter l’immigration, quand même, ou Manuel Valls : car, c’est un homme d’ordre après tout, quand même…

Ce sont parfois les mêmes, ceux qui profitent du nationalisme par leurs postes, leurs petits commerces de revues, de livres, de disques, pour solliciter des dons, chercher filles ou garçons, d’autres qui ont pu louer à l’occasion Staline, ou Lénine, ou tel écrivain pédéraste antiraciste aimant à coucher avec des Arabes – Renaud Camus, pour ne pas le citer –, ou tel « intellectuel » « nationaliste » alcoolique, tel ancien ministre franc-maçon.

Le combat, nous n’avons pas à décider ce qu’il est : il doit être total et radical contre ce monde corrompu. Le reste n’est qu’amusement de bourgeois qui jouent à se faire peur le temps de deux années d’étude avant de rejoindre des « réseaux » où ils pourront dignement côtoyer des ministres socialistes qui cachent leurs millions – l’honnêteté n’est pas plus une vertu nationaliste pour certain que l’honneur, la fidélité ou la vérité – dans des coffres à l’étranger, de « catholiques » hypocrites pour lesquels la morale et la religion, quoi qu’ils prétendent, sont en réalité aussi adaptables que celles élaborées dans les loges de Vatican II, d’« évoliens » qui n’ont jamais médité une seule ligne du Baron et qui en retiennent, en bons consommateurs qu’ils sont, ce qu’ils veulent, ce qui les rassure dans leurs comportements de jouisseurs – car il faut « chevaucher le tigre », n’est-ce pas ?
Notre France, notre Europe ne seront sauvées que par nous. Aucun superhéros étranger – lui qui ne sauve déjà ni ses “frères” du Kossovo, ni la Palestine, ni rien d’autre – ne viendra nous sauver. Aucun miracle ne se produira qui verra la dissolution de 15 millions d’occupants, d’une police politique prête à tuer pour son salaire et quelques stylos volés au boulot, d’une extrême gauche haineuse pas moins fanatique qu’en Russie en 1917 ou en Espagne en 1936, prête à tous les massacres, de libéraux prêts à toutes les compromissions et trahisons.

11013279_748667275243867_6404758273544473885_n

Et si cela doit être sauvée pour qu’une prostituée fasse des photos de sa poitrine dans la rue à côté d’enfants un jour de manifestation de La Manif pour tous devant des emblèmes catholiques et français, pour que Marion Maréchal-Le Pen puisse écouter ses groupes préférés, Sexion d’Assaut et Youssoupha, ce sera sans nous.

Nous serons de l’autre côté de la barricade et nous savons qui nous viserons en premier.

L’excellent site Jeune nation (http://jeune-nation.com/ – qui subit une nouvelle attaque du Juif Ulcan semble-t-il) diffuse régulièrement des citations. Pour certains, se sont de belles phrases qu’on agite sans les comprendre et qu’on se gardera bien surtout de méditer et d’appliquer. Et ces gens-là ne sont pas mieux que les consommateurs qu’ils prétendent parfois vomir sans être jamais prêts à se remettre en question.

Pour nous, nationalistes, ce sont les ordres envoyés, souvent d’outre-tombe, par nos maîtres, ceux qui ont construit, ont combattu, et pour beaucoup se sont sacrifiés pour leur terre et leur peuple, pour notre terre et notre peuple.

« Seul compte, aujourd’hui, le travail de ceux qui savent se tenir sur les lignes de crête : fermes sur les principes ; inaccessibles à tout compromis ; indifférents devant les fièvres, les convulsions, les superstitions et les prostitutions sur le rythme desquelles dansent les dernières générations. Seule compte la résistance silencieuse d’un petit nombre, dont la présence impassible de “convives de pierre” sert à créer de nouveaux rapports, de nouvelles distances, de nouvelles valeurs, à construire un pôle qui, s’il n’empêchera certes pas ce monde d’égarés et d’agités d’être ce qu’il est, permettra cependant de transmettre à certains la sensation de la vérité – sensation qui sera peut-être aussi le déclic de quelque crise libératrice. »
Julius Evola

« Le plus grand malheur pour un peuple ou pour un pays, c’est l’abandon ou l’amoindrissement de la vérité. On peut se relever de tout le reste. On ne se relève jamais du sacrifice des principes. »
Mgr. Charles-Émile Freppel

« Toutes les révolutions de l’histoire mondiale ont commencé par la révolte de l’esprit et se sont terminées sur les barricades. Nous avons justement fait le contraire; nous avons commencé par l’assaut des barricades, et nous avons échoué. La révolution de l’esprit, c’est à elle que je pense lorsque je dis qu’il nous reste à faire la révolution. C’est à cela qu’il faut se mettre maintenant. »
Ernst von Salomon

Nice Nationaliste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s