Mouvement nationaliste pour la France aux Français

Déportation : un nouveau regard – Partie 2 (Par V.Reynouard)

Dans cette deuxième partie, Vincent Reynouard commence par répondre à deux objections: 1. « Vous mentez par omission »; 2. « Pour vous, les camps étaient des lieux de vacances… » Documents à l’appui, il démontre que les Allemands ont tout fait pour maintenir les détenus en bonne santé.
Puis il aborde quatre sujets :
1. La prétendue fraternité universelle entre les détenus. V. Reynouard démontre que la réalité était moins belle. Bien souvent, la solidarité n’existait pas entre les déportés, y compris à l’infirmerie où infirmiers et médecins détournaient la nourriture destinées aux malades et aux convalescents.
2. Les détenus privilégiés dans les camps;
3. Les trafics divers dans les camps. Les trafics allaient du simple bout de chiffon à la baraque entière en passant par les pâtés et jambons, l’alcool, les habits, l’or, les bijoux…
4. L’intense activité commerciale (illégale) dans les camps. A Birkenau, il y avait des lieux d’échanges et même une bourse avec une monnaie de référence: la cigarette. Sa valeur fluctuait suivant la masse monétaire. En temps « normal », un pain coûtait 20 cigarettes, une montre entre 80 et 200, une bouteille d’alcool 400. Même des SS participaient au trafic.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s