Mouvement nationaliste pour la France aux Français

Le Pen avait choisi la solution filiale, sa fille lui applique la solution finale par Jérôme Bourbon

rivarol-16-04-2015Le Pen avait choisi la solution filiale, sa fille lui applique la solution finale

Elle a osé. Alors qu’elle doit tout à son père, la vie, le pouvoir, l’argent, le parti, le logo, la fonction, alors qu’elle vit dans la généreuse écuelle que son géniteur lui remplit depuis 46 ans, elle qui n’a pour ainsi dire jamais travaillé de sa vie, qui a vécu jusqu’à l’année dernière dans la propriété de son père qui lui offrait le gîte et le couvert, Marine Le Pen le poignarde en direct à la télévision devant sept millions de téléspectateurs. Alors qu’elle ne doit sa place et ses avantages afférents (8 000 euros par jour de financement public !) qu’à la volonté de son géniteur, elle qui n’a rien fait d’autre que de succéder à son père, à la tête de l’entreprise, contre l’avis des amis et des lieutenants du Menhir, voilà qu’elle lui administre l’injection létale lors de la grand messe (noire) du 20 heures de TF1. Alors que son ambition dévorante est inversement proportionnelle à ses qualités humaines, intellectuelles et morales et à ses capacités, plus que limitées, elle a osé commettre en direct un odieux et abject parricide qui achève de la discréditer et de la déshonorer aux yeux de tous les hommes de principe et de cœur. La présidente du Front national canal “déshonoraire” n’a manifestement en elle aucune grandeur. Comme l’a dit sur BFM-TV le coruscant Jean-Claude Martinez, avec son sens inimitable de la formule, « Marine Le Pen se comporte comme une infirmière politique avec deux ou trois brancardiers,  Louis Aliot, Philippot, et elle est prête à  euthanasier le père. Ce n’est pas rien d’euthanasier le père. » On savait déjà qu’au fond d’elle Marine Le Pen était pour le mariage pour tous. On sait aujourd’hui qu’elle est pour la seringue pour tous. En tout cas elle est pour la seringue pour Jean-Marie.

Marine Le Pen est passée à l’acte. Nous savions, quant à nous, depuis longtemps de quoi cette virago sans cœur, sans principe et sans honneur était capable. La dédiabolisation est un monstre froid qui emporte tout sur son passage, les idées, le programme, les convictions, les militants sincères, les cadres historiques, et aujourd’hui jusqu’à son propre père. Jusqu’au président fondateur du mouvement. Avec une brutalité glaçante, une inhumanité qui fait froid dans le dos, Marine Le Pen a indiqué sèchement à son père la sortie. La mise en scène se voulait parfaite. Elle l’avait concoctée avec Philippot (de chambre), « cet immigré politique au Front national. C’est Paul-Marie Coûteaux qui est allé le chercher dans un Lampedusa de l’ENA où il traînait dans une inspection à 3 500 euros par mois », dixit l’excellent Martinez.  Ce n’est pas tous les jours que l’on voit une fille exécuter son père en direct à la télévision, foulant ainsi au pied le respect et l’amour dus à ses parents au cœur de toutes les civilisations. « Honore ton père et ta mère afin de vivre longuement dans le pays que l’Eternel t’a donné » affirme le 4e commandement de Dieu. Marine Le Pen n’emportera pas au paradis le crime odieux qu’elle vient de commettre. Et si nous n’étions pas dans une société désormais sans repères moraux, sans principe, sans honneur, elle se serait définitivement déconsidérée aux yeux de tous. D’autant plus que son père aura 87 ans le 20 juin, qu’il a failli périr il y a deux mois dans l’incendie de sa maison, totalement dévastée, et qu’il n’a dû qu’à son courage et à la Providence de ne pas mourir asphyxié dans les flammes, même s’il s’est blessé dans sa chute. Eh bien ce que les éléments et les ennemis politiques n’auront pas réussi à faire en soixante ans de vie politique, sa propre fille, sa benjamine, celle qu’il préférait, celle à laquelle il a tout donné, sans retour, sans contrepartie, celle qu’il avait choisie au grand dam de ses plus vieux amis, l’aura accompli. Froidement, cyniquement, brutalement.

Suite de l’éditorial de Jérôme Bourbon dans le RIVAROL n°3184 du 16 avril 2015

Site du journal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s