Mouvement nationaliste pour la France aux Français

Nos deux militants condamnés : Compte-rendu du procès de Lorraine Nationaliste

Compte-rendu complet du procès de Lorraine Nationaliste du vendredi 30 janvier 2015

procèsIl y a quelques semaines, tout le monde se faisait défenseur de la liberté d’expression. En ce qui nous concerne, nous n’avons pas attendu les récentes tueries qui se sont déroulées dans les zones occupées d’Ile de France, pour dénoncer l’état déplorable d’une liberté qui s’est considérablement réduite depuis les années 90. Cela surprendra peut-être nos lecteurs les plus jeunes, mais jusqu’à cette époque, on trouvait les ouvrages du professeur Faurisson à la FNAC.

Suite à notre action coup de poing du 31 mai 2014, une plainte a été déposée par une association de défense des intérêts sodomites et saphiques. Autrefois, dans les familles touchées par l’homosexualité, on disait « il y a un homosexuel dans notre famille, que vont penser les voisins ? », aujourd’hui c’est « que vont dire les gens si on s’oppose à l’institutionnalisation de ces mœurs ? ». Triste évolution soit dit en passant. Le cancer aussi, évolue, et pas toujours favorablement. Une enquête a été ouverte, et fait suffisamment extraordinaire pour être souligné, la brigade scientifique a été mobilisée afin de faire des prélèvements ADN qui seront exploités – il s’agit d’une première en France, rien que ça ! – et qui mettront en cause deux militants de Lorraine Nationaliste.

En septembre 2014, les prévenus ont été interpellés puis placés en garde à vue avant d’être déférés et placés sous contrôle judiciaire, parce qu’ils auraient, à l’occasion d’une manifestation publique, fait valoir une opinion contestée, mais sans doute encore très majoritaire en France. Vendredi dernier, les deux nationalistes ont été lourdement condamnés par une justice de plus en plus inique (voir le passage de France 3 ici), à tel point qu’elle ne respecte même plus son propre droit. Les militants en question ont été poursuivis pour « MENACE DE MORT MATÉRIALISÉE PAR ÉCRIT, IMAGE OU AUTRE OBJET, COMMISE EN RAISON DE L’ORIENTATION OU IDENTITÉ SEXUELLE ». Une banderole  « Allez brûler en enfer » avait en effet été déployée au cours de la dernière « marche des fiertés » à Nancy. Celle-ci ne faisait que rappeler la juste doctrine de l’Église (et de la plupart des religions) quant à l’avenir de l’âme des sodomites refusant obstinément de s’améliorer ici bas. Les Français non reniés ont été condamnés à 6 et 8 mois de prison avec sursis, à la modique somme de 3000€ de dommages et intérêts pour préjudice moral (la blague), 800€ de frais de justice et un stage de citoyenneté à leurs frais puant le républicanisme à plein nez. C’est donc plus de 4000€ qu’ils doivent débourser.

Il apparaîtra à quiconque doté d’un minimum de raison, que de dire à autrui d’aller brûler en enfer n’est en aucun cas une menace de mort.

Par ailleurs, quand bien même cette idée serait pénalement répréhensible, elle n’a pas été poursuivie sur le bon fondement. L’article 23 de la loi du 29 juillet 1881 dispose que : « Seront punis comme complices d’une action qualifiée de crime ou délit ceux qui, soit par des discours, cris ou menaces proférés dans des lieux ou réunions publics, soit par des écrits, imprimés, dessins, gravures, peintures, emblèmes, images ou tout autre support de l’écrit, de la parole ou de l’image vendus ou distribués, mis en vente ou exposés dans des lieux ou réunions publics, soit par des placards [une banderole est, en l’espèce, un placard] ou des affiches, exposés au regard du public, soit par tout moyen de communication au public par voie électronique, auront directement provoqué l’auteur ou les auteurs à commettre la dite action, si la provocation a été suivie d’effets ».

Dès lors, les faits reprochés aux deux militants nationalistes, relèvent exclusivement des dispositions de la loi du 29 juillet 1881, à l’exclusion de toutes les autres. Nous préciserons que les personnes poursuivies pour de tels faits ne doivent pas être placées sous contrôle judiciaire, or, cela a été fait. Qu’importe, on a refusé de dire le droit.

Homophobie

Autre principe fondamental du droit pénal n’ayant pas été respecté : la loi sur la présomption d’innocence qui prévoit notamment que le doute doit bénéficier à l’accusé. Or, ni pendant les auditions, ni pendant leur comparution devant le tribunal de grande instance de Nancy, les deux militants n’ont admis avoir brandi cette banderole. L’ADN retrouvé sur la banderole ne signifiant nullement qu’ils étaient présents avec certitude au moment des faits, mais qu’ils l’ont simplement touché. Autre fait extrêmement rare méritant d’être rapporté : le quasi-silence du ministère public et de l’avocat de la partie civile devant la brillante plaidoirie de notre avocat Me Pierre-Marie BONNEAU, que toute la salle écoutait avec la plus grande attention. Tous étaient conscients de la nullité de la citation qui aurait dû aboutir à une relaxe totale. Mais le tribunal ne souhaitant pas dire le droit de peur de relaxer les affreux fascistes, il s’est contenté de rendre une énième décision scandaleuse qui, si elle n’est pas annulée en appel – celui-ci a été déposé le jour même -, sera une médaille supplémentaire pour tous les soldats politiques qui luttent avec cette foi inébranlable qui leur est propre. Une preuve supplémentaire que ce système est à l’agonie, nous savons que le chien mord quand il a peur.

Ci-dessous, l’épaisseur du dossier constitué contre nous, pour un bout de plastique ! (Feuilles A4 recto/verso) :

10920912_1554709931434436_6566321859856213448_n
Pour conclure, le juge chargée de notre affaire en première instance, de qui nous attendons toujours les motivations de sa décision, a cédé aux caprices de la petite communauté rose organisée. A noter qu’une autre plainte pour « menace de mort contre personnes dépositaires de l’autorité publique », déposée par le policier qui était chargé de l’enquête est toujours en cours contre Lorraine Nationaliste.
Nous tenons à remercier les militants ayant fait le déplacement pour nous soutenir le jour du procès et ceux nous apportant leur soutien à distance.
Le système finira par tomber, incapable de résister à l’inexorable auto-pourrissement qui le frappe. L’odeur de mort imminente plane déjà au-dessus de lui. Nous lui donnerons les derniers coups de boutoir. Loin d’être impressionnés, nous continuerons à mettre en place les moyens qui nous sembleront nécessaires au respect de notre liberté d’expression.

RELAXE POUR MAXIME ET PIERRE-NICOLAS ! CONDAMNÉS CAR NATIONALISTES !

Haut les cœurs !

ACP NANCY

11 Réponses

  1. Pingback: Journal du 5 février 2015 | Jeune Nation

  2. Simon ANDRE

    Il n’est pas permis de prononcer des imprécations (malédictions) contre le prochain. D’après le catéchisme des frères des écoles chrétiennes, c’est un péché grave.
    La gravité du péché est proportionnelle à la gravité du mal souhaité.
    Souhaitez l’Enfer à quelqu’un en lui disant « Allez brûler en Enfer » est donc vraiment grave. Il faut s’en confesser auprès d’un prêtre et faire sérieusement pénitence.

    25 mars 2015 à 13 h 05 min

    • Simon ANDRE

      Souhaiter*

      25 mars 2015 à 13 h 07 min

    • Est-ce que Dieu a laissé une chance d’un quelconque rachat aux sodomites de Sodome et Gomorrhe après que le mal a été fait ? En effet, tout le monde a au fond de lui la possibilité de se racheter, mais refuser obstinément d’y parvenir comme ceux paradant à la Gay Pride, avec de plus une haine de la religion catholique, signifie la mort certaine de l’âme. Par cette banderole, nous leur avons souhaité ce que Dieu a déjà fait à leurs semblables.

      C’était une action politique provocante, non religieuse, nous n’avons pas la prétention de savoir exactement la volonté du Créateur, en espérant ne pas nous tromper ! 😉

      25 mars 2015 à 16 h 30 min

    • TRESSON Laurent

      Le catéchisme prévaut-il sur les Saintes Ecritures ? Je pensais particulièrement à Apocalypse 21:8

      28 décembre 2015 à 15 h 32 min

  3. Pingback: Banderole LGBT : dépôt de plainte par Lorraine Nationaliste | Lorraine Nationaliste

  4. Pingback: Collage massif d’autocollants sur le parcours de la « Gay Pride » de Metz, le 13/06/15 | Lorraine Nationaliste

  5. Pingback: Collage massif d’affiches à Metz et ses alentours par le PNF Lorraine | Lorraine Nationaliste

  6. Pingback: Compte-rendu de la galette des Rois du PNF Lorraine à Nancy | Lorraine Nationaliste

  7. Pingback: Compte-rendu de la galette des Rois du PNF Lorraine à Nancy | Jeune Nation

  8. Pingback: Compte-rendu de la rencontre militante du PNF Lorraine à Épinal | Lorraine Nationaliste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s