Mouvement nationaliste pour la France aux Français

Grand succès pour la randonnée de Lorraine Nationaliste en hommage à Maurice Barrès

20140816_165228Le 16 et 17 août 2014 s’est tenue notre randonnée nationaliste en Meurthe-et-Moselle en l’hommage au maître du nationalisme français Maurice Barrès, à l’occasion de son 152ème anniversaire.

Une quinzaine de courageux militants ont répondu présent à notre appel pour notre grande marche de 70km, ayant duré plus de 14 heures. Nous avons traversé nos villages et nos campagnes jusqu’à la Colline de Sion, où le président de l’association des amis de Pierre Sidos, François Ferrier, a prononcé le discours à la lanterne des morts.  L’esprit de Maurice Barrès nous a accompagné tout au long du périple, nous offrant un temps agréable et la possibilité de déguster des fruits locaux en chemin. Nous félicitons tous les participants de leur effort, la volonté a triomphé de la douleur et de la fatigue physique. Nous tenons à remercier particulièrement les alsaciens, parisiens et lyonnais qui se sont déplacés pour cet évènement. La Lorraine : terre de résistance et du nationalisme français !

Le discours prononcé :

HOMMAGE A MAURICE BARRES – le 16 août 2014

10595811_652172081545944_38983844_nChers Amis, nous voici réunis pour honorer un patriote Français en ce lieu symbolique de SION – VAUDEMONT. Maurice BARRES est né le 19 août 1862 à CHARMES dans les Vosges. Son grand-père paternel – Auvergnat – fut officier dans la grande armée de Napoléon Premier. Maurice BARRES, ce grand nationaliste écrivain, fut aussi député boulangiste à Nancy puis à Paris. Il est alors un témoin engagé de la grande France patriotique.  Après des études dans sa chère Lorraine, Maurice BARRES qui a alors 20 ans écrit dans la revue «  la jeune France » et y rencontre Anatole FRANCE et Victor HUGO. Il apporte son soutien au général Georges BOULANGER et deviendra député de Nancy en 1889. Il publie SOUS L’ŒIL DES BARBARES. Ce document le rapproche de Charles MAURRAS. Ce dernier deviendra son ami. En 1893, il publie L’ENNEMI DES LOIS, pamphlet dénonçant le marigot politicien de la troisième république, héritage de l’ignoble révolution française de 1789.

20140816_142109
Le 5 janvier 1895, il assiste dans la cour de l’école militaire de Paris à la dégradation du juif Alfred DREYFUS, acte ô combien symbolique du patriotisme de la grande France. Mais c’est en 1898 – à 36 ans – qu’il accomplit un acte majeur de son engagement politique pour son pays. Il crée le comité Républicain Socialiste – Nationaliste et il participe activement à la mise en place de la – ligue de la patrie Française. C’est aussi pour Maurice BARRES le début de sa carrière littéraire et politique au service de la nation France alors que cette dernière a été humiliée par la défaite militaire et politique de 1870 entrainant l’annexion par le Reich Allemand de l’Alsace et d’une grande partie de la Lorraine. Sa première grande œuvre littéraire fut rédigée entre 1897 et 1902. Elle s’intitule «  LE ROMAN DE L’ENERGIE NATIONALE » et comprend trois volets.

– LES DERACINES, évocation du parcours de jeunes Lorrains soumis à l’éducation laïcarde de Jules FERRY et qui a pour conséquence l’absence de toute conscience Nationale. L’hymne à la terre natale a disparu dans une France dissociée et décérébrée.
– L’APPEL AU SOLDAT, c’est l’épopée Boulangiste. Une étape dans la série des efforts qu’une nation dénaturée doit opérer afin de contrer les intrigues de l’étranger pour retrouver ses racines historiques.
– LEURS FIGURES, fait référence au scandale de Panama. Maurice BARRES y décrit la débauche du parlementarisme, conséquence de la révolution Française de 1789 – héritage du Siècle des Lumières. Les sordides «  pots de vin » de l’affaire Panama démontrent la collusion du monde politique, de la presse et des milieux d’affaires. «  Le bien public est sacrifié au bénéfice d’intérêts privés ».

20140816_145405Maurice BARRES publie en avril 1902   SCENES ET DOCTRINES DU NATIONALISME. Sur les conseils de Charles MAURRAS, Maurice BARRES visite la Grèce, berceau de l’hellénisme. Il écrira dans   VOYAGE A SPARTE : «  Il y a un lieu où la perfection existe, c’est l’acropole d’Athènes. J’eus la révélation du Divin, le monde entier alors me parut barbare ». En 1903, dans   LES AMITIES FRANCAISES  Maurice BARRES précise :

«  La politique c’est l’art de faire vivre les gens cote à cote. Les tentations du cosmopolitisme et du déracinement doivent ramener les hommes aux émotions héréditaires. Toute région présente une pensée, et cette pensée demande à pénétrer les cœurs – SION – VAUDEMONT, c’est la colline inspirée – DOMREMY, c’est le pays de Jeanne – LOURDES, c’est la patrie de Bernadette .Dans ces endroits, comme dans bien d’autres sur notre terre de France, c’est là que se trouvent l’écoulement des choses, le chant de confiance dans la vie et qui se traduit au quotidien par l’amour, l’honneur, la nature ».

20140816_152356Maurice BARRES, précise plus après dans son récit :

«  Je travaille pour mon fils, mais aussi pour moi-même. Quand nos fils sont petits, nous pouvons tout pour eux, mais nous savons qu’un jour ils se détacheront et que l’on sera deux. Il y a pourtant un moyen de les lier à nous indissolublement, c’est qu’ils se connaissent liés à la terre de nos morts, à tout ce qui nous est fondamental, à tout ce qui porte les pères et les fils ».

En 1906 – le 18 janvier – à 44 ans Maurice BARRES est élu à l’académie Française dans le fauteuil de José – Maria de HEREDIA. Le 6 mai il est élu député de Paris dans le premier arrondissement. Il intervient à la chambre des députés contre le Radical – Socialiste Aristide BRIAND – loi de séparation de l’église et de l’état – . Maurice BARRES se range parmi les défenseurs du Catholicisme au nom de l’intérêt général. Il rencontre dans ce contexte Charles PEGUY et Frédéric MISTRAL soucieux de préserver les cultures régionales en France.

20140816_152440
C’est en 1913 que parait son œuvre littéraire majeure, la plus connue  LA COLLINE INSPIREE. Celle où nous nous trouvons ce jour. SION – VAUDEMONT est un haut lieu historique et religieux de la Lorraine que Maurice BARRES appelle «  La Sainte Colline Nationale ». Les rationalistes maçonniques et sionistes veulent ignorer ces endroits souverains. Ce qu’ils ne savent pas, c’est que sur cette terre de France il y a des lieux où souffle l’esprit comme à SION – VAUDEMONT, à LOURDES, aux SAINTES MARIE DE LA MER, à LA SAINTE BAUME, à CARNAC, à LA FORET DE BROCELIANDE, au MONT SAINT MICHEL, à DOMREMY, sur LA COLLINE DE FOURVIERE, au MONT SAINT ODILE, au sommet du DONON, pour ne citer que ceux-là.

D’où vient la puissance de ces lieux ? Elle vient des Dieux Celtes, Grecs, du Dieu chrétien. Cela se situe à l’opposé d’un monde moderne, apatride et qui prétend faire disparaitre les croyances, les terroirs, les coutumes, afin d’asservir les peuples au seul bénéfice du mercantilisme mondialiste bassement orchestré par les marchands du temple.

20140816_200214
Le 12 juillet 1914 à la veille de la grande guerre  Maurice BARRES succède, à son ami Paul DEROULEDE – poète, auteur dramatique, romancier et militant nationaliste – en prenant la présidence de la ligue des patriotes. Alors que le peuple du labeur a été broyé par la guerre de 14-18 – Maurice BARRES qui a échappé à la mitraille, rend hommage aux écrivains morts pour la France : Alain FOURNIER, Ernest PSICHARI, Charles PEGUY, Louis PERGAUD, Emile DRIANT. Il est à noter qu’en novembre 1918 dans la cathédrale de Metz Philippe PETAIN Maréchal de France déclarera que par son œuvre littéraire Maurice BARRES a contribué à la victoire.

20140816_202742

En 1920 le député Maurice BARRES dépose un projet de loi pour l’institution de la fête nationale de Jeanne D’ARC. Cette loi entrera en vigueur le 10 juillet 1920. Fête nationale de Jeanne D’ARC, fête du patriotisme, elle est célébrée le deuxième dimanche du mois de mai. Cette loi toujours en vigueur à ce jour précise que les édifices publics doivent être pavoisés aux couleurs Françaises.

Le 4 décembre 1923 – Maurice BARRES a alors 61 ans – il préside le déjeuner du comité directeur de la ligue des patriotes. Il succombe à une crise cardiaque. Ses obsèques seront célébrées à Paris le 8 décembre. Il repose depuis le 9 décembre 1923 au cimetière de Charmes et cela jusqu’au jugement dernier. Nous nous trouvons au pied de cette lanterne des morts, inaugurée le 23 septembre 1928 en présence des Présidents de la république Raymond POINCARE et Alexandre MILLERAND. Ce monument a été érigé suite à une souscription nationale initiée par le journal «  l’Echo de Paris », publication à laquelle avait collaboré Maurice BARRES. C’est le Maréchal Hubert LYAUTEY – également Lorrain, établi à Thorey village voisin de la colline de SION – VAUDEMONT  – qui choisit pour son ami écrivain l’emplacement pour l’érection de ce monument en honneur à ceux qui demeurent dans la tombe les gardiens et les régulateurs de la cité.

Terminons cet hommage à ce grand nationaliste qu’a été Maurice BARRES par ses propos cités dans   LES AMITIES FRANCAISES  :

« J’écarte le mot de solidarité ; on l’a gâté en se préoccupant d’y mettre ce qui, dans le vocabulaire chrétien, est charité. Quand nous voudrons marquer ces sentiments instinctifs de sympathie par quoi des êtres, dans le temps aussi bien que dans l’espace, se reconnaissent, tendent à s’associer et à se combiner, je propose qu’on parle plutôt d’affinité Le fait d’être de même race, de même famille, forme un déterminisme psychologique, c’est en ce sens que je prends le mot d’affinité. Mais si ce fait brut, l’affinité, est humanisé et cultivé systématiquement, si la notion que nous en prenons est mêlée de tendresse et de respect, ne suis-je pas autorisé à le nommer amitié ? Entre un jeune Lorrain conscient et sa vallée de la Moselle pays chargé de la plus incontestable noblesse historique, il y a autre chose qu’une solidarité, autre chose qu’une affinité : il y a une amitié ».

20140816_2034412

5 Réponses

  1. Pingback: Grand succès pour la marche de Lorraine nationale en hommage à Maurice Barrès

  2. Pingback: L’actualité des nationalistes par Lorraine nationaliste | France Natio

  3. Pingback: Rapport d’un militant de Lorraine Nationaliste : Rassemblement anti-immigration à Calais, le dimanche 7 septembre 2014 | Lorraine Nationaliste

  4. Pingback: 22 et 23 août 2015, Meurthe-et-Moselle : 2e Randonnée Nationaliste en hommage à Maurice Barrès | Lorraine Nationaliste

  5. Pingback: Meurthe-et-Moselle – 2e Randonnée Nationaliste en hommage à Maurice Barrès | Paris nationaliste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s