Mouvement nationaliste pour la France aux Français

Horst Wessel, plus qu’un chant par François-Xavier Rochette

100310_163331_PEEL_v8BK7q

Horst Wessel n’est pas un inconnu, tout le monde ou presque connait le célèbre Horst-Wessel-Lied, le chant officiel des SA dans les années trente puis l’un des hymnes officiels du NSDAP.

« Le drapeau haut

Les rangs bien serrés

La SA marche

D’un pas calme et ferme

Les camarades fusillés par le Front rouge

Marchent en esprit avec nous dans nos rangs… »

Non les paroles, mais la mélodie qui s’inscrit dans notre mémoire après l’avoir entendu une seule fois. Une mélodie si envoûtante et puissante qu’elle est, tout comme les paroles du Horst-Wessel-Lied,  interdite en Allemagne depuis 1945 ! Gare aux téméraires qui s’essaieraient à la siffler en pleine rue de Berlin ou de Stuttgart… Ce chant n’est pas rien politiquement, historiquement, artistiquement, mais il ne peut cependant résumer à lui seul la vie tumultueuse et chevaleresque d’Horst Wessel, un militant SA exalté mu par un altruisme total et un courage extraordinaire. Wessel aurait pu rester un simple héros berlinois, local, de la cause national-socialiste, mais au tout début des années trente, Adolf Hitler et Joseph Goebbels eurent l’idée de mettre en avant une figure magnifique et formidable de la jeunesse nazie afin de fidéliser un peu plus encore leurs jeunes troupes, et c’est, semble-t-il le futur ministre de la propagande du Troisième Reich qui choisit Wessel comme héros et martyr à glorifier. L’écrivain Hanns Heinz Ewers, converti fraîchement aux thèses hitlériennes, eut la responsabilité d’écrire une biographie romancée du jeune SA dynamique abattu lâchement par les communistes en janvier 1930 sur le seuil de son appartement – Il décèdera le 23 février. L’ouvrage   publié en 1934, après l’avènement hitlérien, fût diversement apprécié par les responsables nazis de l’époque : Les divergences politiques avec la SA étaient alors à leur plus haut niveau (La nuit des longs couteaux était pour bientôt…) et le héros de Goebbels constituait un pur produit de la SA qui avait lutté durant toute sa courte existence contre le communisme… et la Réaction (la majuscule est d’Ewers). Encore faut-il ajouter pour comprendre en quoi la publication du livre fut possible, que la thématique révolutionnaire y est parcimonieuse,  et que l’esprit qui se dégage du texte est propice à rassembler tous les Allemands nationalistes et anticommunistes.  Certes, l’aspect socialiste de la pensée de Wessel transparaît mais non d’une manière dogmatique. Brillant étudiant en droit, le militant arrête ainsi ses études pour côtoyer les « prolétaires » et connaître le monde ouvrier. Horst se fait chauffeur de taxi puis terrassier en exerçant continûment une propagande assidue en direction de ses braves collègues initialement de tendance bolchévique. Jusqu’à son assassinat, il ne cessera de recruter de nombreux partisans du Front rouge qui alimenteront sa fameuse Truppe 34 basée à Friedrichhain, une localité se situant à l’est de Berlin et réputée pour sa dangerosité communiste. Progressivement Horst Wessel gagne du terrain sur les rouges grâce à sa ténacité, son intelligence, la fidélité de ses camarades, la solidarité totale dont font preuve tous les militants SA donnant tout leur temps et leur argent à l’Allemagne et à sa libération. Ses ennemis ne pouvaient ainsi souffrir un tel exemple militant, un tel chef, une telle légende vivante. Son assassinat fut donc suivi d’une opération « médiatique » consistant à calomnier la jeune victime en diffusant la rumeur selon laquelle Horst fut un proxénète ! « Cette mystification était à ce point écœurante, écrit Ewers, que même la presse sociale-démocrate s’indigna, ainsi que les journaux de la bourgeoisie de gauche, qui manifesta aussitôt son dégoût, et pour la première fois on rendit justice aux nazis. » Gérard Leroy, l’excellent traducteur français de ce Horst Wessel (pour la première fois traduit en français !), montre bien en quoi cette fausse réputation de maquereau est insensée quand on sait que ce sont Hitler et Goebbels qui ont désigné Wessel (après sa mort et la diffusion de ces calomnies) comme le héros parfait, le nazi idéal à faire connaître et à faire aimer ! « Ils n’ont certainement pas choisi un proxénète ! »

D’aucuns pourraient alors penser que ce roman n’est qu’une vulgaire œuvre de propagande boursouflée emplie de mensonges et d’inventions furieuses et que Wessel n’est qu’un SA parmi d’autres idéalisé par son biographe et que les propos rapportés par Goebbels sous la plume d’Ewers ne seraient qu’affabulations. Alors nous avons consulté le journal de Joseph Goebbels (1923-1933) et notamment ses écrits concernant les mois de janvier et février 1930. Les relations entretenues par Goebbels et Wessel et le portrait de ce dernier relatés et dépeints par Ewers apparaissent comme rigoureusement exactes : le fanatisme calme d’Horst, son anti-bourgeoisisme, son courage extrême (« J’éprouve un grand respect pour notre homme de la SA, qui fait jour après jour son devoir pour le Mouvement et qui court en plus, le soir, les plus grands dangers pour sa santé, voire pour sa vie ». 29 septembre 1929), les visites de Herr Doctor à la mère dévouée de la victime, ses visites à l’hôpital dans la chambre du mourant défiguré (les rouges ont visé la tête…), les dernières paroles d’Horst exhortant ses camarades à poursuivre la lutte jusqu’à la victoire triomphale, l’arrestation de l’assassin (un membre du KPD), l’ambiance apocalyptique lors des obsèques du martyr où les communistes agressèrent les endeuillés (2 mars 1930)… Tout est concordant !   « Trajet pénible à l’hôpital, écrit-il le 24 février dans son journal : Horst Wessel est étendu sur un lit étroit, le teint jaune, décrépit, les yeux mi-clos et fixes. Les mains sont maigres et blanches comme neige. Adieu vaillant jeune homme. Tu vas continuer à vivre dans nos rangs et tu participeras à notre victoire. »   Des propos rappelant naturellement les paroles du Horst-Wessel-Lied…

François-Xavier Rochette, rédacteur à RIVAROL

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s