Mouvement nationaliste pour la France aux Français

Analyse sociologique sur le métissage

Par Flo_Gauleiter

Qui se métisse ? Les beaufs, les ignorants, les déchets, les limités, les victimes de la propagande du métissage faite par les suppôts judaïques .

Une fille élevée intellectuellement ne peut trahir sa race.

Cindy s'encanaille avec la poutre de Bamako

Cindy s’encanaille avec la poutre de Bamako

La question des putes à nègres ne se résume pas à quelques filles couchant avec des noirs. Beaucoup de femelles sont des putes à nègre croyantes non pratiquantes. Lorsqu’on pense pute à nègre on visualise généralement une gourgandine bien roulée encline à frotter son boule sur le gros paquet de Mamadou sur fond de Rihanna, mais rarement un petit boudin à lunettes ou une gentille fille bien élevée qui ne vit ni dans le vice ni dans l’excès. Et pourtant…

Observez donc le milieu de la nuit pour vous en convaincre. Allez dans un bar moyen peuplé de gens moyens, vous ne rencontrerez que des putes à nègres entourées de blancs. Dans une petite ville de province comme la mienne, ce sont les bars et boîtes diffusant du r’n’b, du rap ou de la variétoche latino qui attirent le plus gros des fêtards et étudiants, l’immense majorité étant aussi blancs que vous et moi. Ces musiques atroces aux rythmes primitifs et aux paroles pornographiques ont permis aux noirs d’investir virtuellement les « lieux chauds » remplis de bonnasses du tertiaire venues chercher leur coup de bite du samedi soir. Virtuellement seulement…

Car la structure sociale de ma ville ne permet pas encore à toutes les blanches de se faire percuter par un camerounais en chemise violette en soie. La petite Sophie, étudiante en comptabilité au physique banal, adore aller boire son mojito avec ses copines au bar branché ou à la boite du coin parce qu’on y diffuse le dernier tube de Stromae ou de « Sexion d’Assaut » et qu’on peut y faire de chouettes rencontres, mais jamais elle ne se fera séduire par un lover basané. Seuls des blancs banals l’approchent, et occasionnellement une racaille bronzée, mais Sophie étant une gentille fifille ayant reçu une éducation vaguement catho (traduction : elle croit au prince charmant et n’accepte de coucher qu’au deuxième rencard), elle répondra poliment « non merci » au négro à casquette qui l’invitera à le suivre dans les chiottes.

Autre chose : Je ne suis pas d’accord avec ceux qui prétendent que les blancs ont déserté le terrain. C’est tout le contraire. Nombre de blancs imitent les nègres, ils ont même des modèles tout désignés : Justin Timberlake, Eminem, M. Pokora, etc. C’est justement ce mimétisme des nègres, ou plutôt cette conversion partielle à la négritude (eux aussi ont reçu une éducation vaguement catho) qui leur permet de coucher avec des grognasses comme la petite Sophie. Il s’agit là ni plus ni moins de communautarisme musical.

De mon point de vue, danser sur du zouk pour baiser de la blanche tout juste bandante consiste à capituler devant les nègres et leurs esclaves sexuels européennes. Mon refus du zouk et du rap ( ainsi que de toute la chiasse auditive qui est diffusée dans les boites de nuit) est un acte politique et militant en cohérence avec mon adhésion au nationalisme. Les européens valent bien mieux que ça. INFINIMENT mieux que ça. Ce qui « nous » rend perméables à la négritude, ce sont nos gouts musicaux, vestimentaires et esthétiques, c’est le fait que nous SAVONS que la danse africaine est ridicule, sans aucune subtilité, sans charme. C’est le degré zéro de la séduction. J’ai été élevé dans l’amour des femmes, j’aime leur parler, les écouter, leur tenir la main et voir leurs joues rougir. Je n’ai pas envie de frotter ma bite contre leurs culs moulées dans un jean délavé et espérer les baiser en levrette dans une ruelle en les insultant de chienne.

Il ne reste plus que le communautarisme musical pour rencontrer des femmes sur la même longueur d’onde que moi.

Pourquoi souffrons-nous de voir des putes à nègres ? Parce que nous savons que les femmes sont malléables, influençables. Et voir une petite blonde habillée en mini-jupe simuler une levrette avec un Mamadou chauffé à blanc éveille en nous un sentiment d’injustice, de gâchis. » Once you go black you never go back ». Cette fille sera à tout jamais salie par la négritude. Elle a définitivement touché le fond, est rongée par la gangrène « multiculturelle » tendance métissophile. Toute sa vie est guidée par le règne de la bite des africains : elle s’habille comme il faut pour les faire bander et a appris à s’exprimer de la juste façon pour attirer leur attention. On aurait pu tomber amoureux d’elle, lui tenir la main sur un fond de musique européenne mais elle a choisit le camp du raï, du r’n’b mielleux, des jeans Gstar et des sorties dans sa boite de nuit minable. Elle crèvera du SIDA et nous d’un ulcère à l’estomac.

Peut-on parler de victimes de la propagande métissophile?  Oui. Si on ne leur avait pas matraqué sur tous les médias que le métis est le surhomme du XXIème siècle, que « black is beautiful », que c’est « cool » de se mélanger, de s’offrir à l’Autre pourvu qu’il soit foncé, que c’est normal, que ce n’est pas choquant, que l’amour n’a pas de couleurs ou je ne sais quelle connerie niaise, vous croyez vraiment qu’elles seraient si nombreuses à vouloir tester l’exotisme? Bien sûr il n’y a pas que ça, il y a aussi l’instinct naturel: entre un mamadou sauvage et un babtou fragile, la femelle ira vers le mâle qui lui semble le plus à même de pouvoir la protéger (des autres, pas de lui-même) et de la féconder.

Mon fragil-o-mètre s'affole

Mon fragil-o-mètre s’affole

11 Réponses

  1. Article un peu nazi-friendly, mais super intéressant pour son concept de la « pute à nègre croyante non pratiquante ». Et bien vu pour la fin : la babtoufragilité, un phénomène bien réel (même si les autres se fragilisent aussi)
    Je crois qu’au delà d’une question raciale, il y a surtout une question de classe : la cassocification des goûts. La plupart de ce qu’on voit ne fait pas honneur aux cultures extra-européennes : soit c’est un simulacre ethnique » d’un bobo-altermondialo-humaniste qui essaye de bander en pensant à la savane africaine, soit c’est de la merde de banlieue, soit c’est de l’amusement de touriste façon « Magic System »

    Parce que Sexion d’assaut c’est un honneur à la langue française et à la culture européenne, par rapport au Magic System. Magic System a infiniment plus de succès dans les boites blanches cas soc où on passe au premier degré du Missié Tombola (ce qui fait rire n’importe quel renoi) : Magic System, c’est le groupe des sympathiques renoi qui font de la musique comme ils vident ton porte-feuille de sale touriste, avec le sourire 🙂
    Les gens assimilent tout ça à l’évasion, à leurs pauvres vacances maigrelettes passées sur leur pauvre congé annuel pour essayer d’oublier le quotidien morne et chiant en allant dans un pays ensoleillé.
    C’est aussi et surtout pour ça : de l’amusement bas-de-gamme, du parnurgisme musical qui n’a rien à voir avec un problème de race, mais avec une déchéance des goûts : sans ces musiques, elles auraient tout simplement dansé sur du HARDCORE ou de la techno de merde. Certainement pas de la musique classique comme on dirait que tu imagines 😛

    Tu trouves le HARDCORE et la TECHNO supérieures au Zouk ?

    Un autre point intéressant sera de remarquer qu’on ne prône jamais le métissage dans l’autre sens. Or c’est la femme qui porte l’enfant, donc pour savoir qui va se faire remplacer, on regarde qui offre ses femmes sans s’occuper de celles de l’autre.
    La femme blanche est un symbole de promotion sociale pour le noir, quand le noir avec une noire est vu comme un loser.
    La femme noire est la grande absente du cinéma français bobo pro-métissage où le mec noir doit divertir, et danser, comme un gentil petit objet que le système agite.

    Bref, ça pue du cul tout ça 🙂 Encore merci pour la « PàN croyante non pratiquante », qui n’est pas pratiquante non pas grâce à son éducation catho, mais à cause de son racisme qui la pousse à ne voir le nègre que comme un outil de plaisir en fantasme, pas un fantasme à accomplir.
    Coucher avec un noir pour la bonniche babtou, c’est comme fantasmer de se faire prendre par toute une caserne de pompiers. Toutes les femmes en rêvent, mais secrètement, et sans jamais oser le faire 🙂

    18 mars 2015 à 3 h 35 min

    • Non, il ne faut pas généraliser. Toutes n’en rêvent pas. C’est écœurant !

      12 février 2016 à 4 h 54 min

  2. Eloïse

    Quid des PAN masculins qui ne sont pas rares et des putes à asiatiques( masculins toujours) qui sont pléthore !

    4 avril 2015 à 3 h 12 min

    • Cela pourrait être l’objet d’un autre article 😉

      5 avril 2015 à 19 h 58 min

    • Monn

      Ca n’a rien à voir. L’homme conquiert, la femme dispose. C’est plus simple pour une femme de se faire baiser, que pour un homme d’aller baiser. De plus, l’acte sexuel est inversé. Sucer une bite, c’est pas la même chose que de se faire pomper…
      Voilà pourquoi un séducteur en série est un macho virile accompli, mais sa version femme n’est qu’une vile salope.

      12 février 2016 à 8 h 47 min

  3. pollux

    si vous voulez savoir ce que pensent les francais moyens des putes a nègres aujourd’hui en france
    cliquez sur ce lien et vous serez surpris–>ils ne sont pas si naifs que ca !!

    23 août 2015 à 9 h 39 min

  4. pollux

    lisez surtout les commentaires sur daylimotion
    « la drague selon les femmes » et la vous comprendrez pourquoi ces putes a nègres n’attirent que des renois.

    23 août 2015 à 9 h 41 min

  5. L

    Très bon article félicitations.
    Tu dis tout haut ce que pensent beaucoup de personnes pensent tout bas.
    C’est la décrépitude ces putes à nègres sont de plus en plus nombreuses, elles se soumettent lamentablement et contribuent au climat dégueulasse et négrissé de la drague et de la société.
    Elles se salissent à jamais, et trouvent ça cool, car c’est a la mode surtout chez les jeunes. Soyons fiers , fier de notre européanité, fier de notre culture et sûr de notre virilité d’hommes blancs! En Amérique du Sud c’est le contraire, les blancs sont les plus forts, les plus viriles et soumettent les femmes des noirs… suivons leur exemple.

    7 juillet 2016 à 18 h 45 min

    • François

      en Amérique du Sud, les blancs vivent barricadés et se font enlever puis rançonner, à défaut de finir en pièces détachées pour le trafic d’organe. La réalité, elle est là

      14 décembre 2016 à 19 h 21 min

  6. niconois

    Putain j’ai une collègue qui a EXACTEMENT ce profil. Elle est fan de Hanouna, elle écoute que du rnb, du rap et ce genre de conneries, et ne lit pas de livres, genre pas du tout (elle le revendique). Elle fait du squat à fond pour avoir un boule de black, et elle s’habille en streatwear, ghetto girl mais pas trop. Juste ce qu’il faut pour plaire aux blacks.

    C’est dommage, parce qu’elle est pas laide, et a une chouette personnalité à part ça.

    19 février 2017 à 23 h 37 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s